OUVERTURE DES VOIES, conseils aux ouvreurs

29/05/2018

 

 

 

I. Les voies

 

Dans une ligne, le nombre de voies, les niveaux souhaités et les couleurs autorisées sont définis par le CA lors d’une réunion préparatoire de planification et transmis aux ouvreurs potentiels.

 

Les lignes dans lesquelles des voies très faciles sont ouvertes (en 3 ou en 4 donc avec beaucoup de prises) ne comporteront, sauf exception, que 3 voies. Elles sont à installer de préférence en début d’équipement d’une ligne.

 

Des voies en traversées (1 ou 2 en horizontal dans le bas du mur, et 1 à 3 en ascendant, ces dernières bien signalées à part sur l’étiquette au pied de la voie) pourront être ouvertes dans des couleurs autres que celles des voies verticales (prises marbrées par ex.).

 

Dans chaque ligne, au moins 3 niveaux différents avec au moins 1 lettre d’écart.

 

On pourra utiliser des signets de couleur à fixer derrière une sélection de prises d’une ligne pour, soit faciliter un passage difficile (par ex. pour les petits : joker), soit créer une nouvelle voie.

 

On cotera la voie toutes prises, bien sûr, mais on peut aussi coter certaines voies 2 par 2 s’il y a un intérêt (ex : vert + rouge, rouge + jaune et jaune + vert), ça peut faire jusqu’à 3 voies en plus sur une ligne de 3 voies.

 

Les voies sont, sauf exception, renouvelées en moyenne une fois par an.

 

 

II. Le niveau et l’intérêt

 

1. Enfants (adhérents et scolaires)

 

Il faut 3 ou 4 voies adaptées pour les (très) petites tailles, pas uniquement faites avec des grosses prises (on peut en prévoir des petites pour les pieds), mais avec des prises accessibles et préhensibles aux petits gabarits, sinon, ils ne feront que des voies « toutes prises » et ne progresseront pas. Bien que ce soit un exercice difficile, l’ouvreur s’attachera à faire des voies intéressantes (pas uniquement la grimpe en « échelle »).

 

Pour valider la faisabilité d’une voie et pour éviter les problèmes liés à la morphologie, on pourra la faire grimper par un ou plusieurs enfants de taille moyenne et dans le niveau, observer et éventuellement ajuster la voie pour que la difficulté reste strictement technique.

Pour information, la trame (écart entre les inserts) fait 17x17cm et donc 24cm en diagonale. Les mensurations pour un enfant de taille moyenne de 8-10 ans sont : 1,50m pieds serrés bras tendus à la verticale, 1,30m d’amplitude bras horizontaux (bout des doigts), 80cm en écart de pieds, 50cm en lever de pied. Il faut en tenir compte pour la distance entre les prises (on peut cependant aller un peu au-delà si le transfert sur un pied le permet : c’est alors de la technique). Plutôt que de poser une prise à bout de bras, on peut utiliser la technique bien connue du lever de coude….

 

 

2. Adultes

 

La voie doit être homogène dans son niveau, avec une légère croissance possible au fur et à mesure de la progression. Le niveau d’une voie ne se fait pas sur un seul mouvement. S’il y a un vrai « crux » il doit être cohérent avec le niveau (pas de passage bloc en 6 dans une voie en 5), de même, pas de gros dévers dans du 4. Etant donné le risque de blessure, réserver les monodoigts dans des voies dures (> 6c).

 

Ce n’est pas la distance entre les prises qui doit être la difficulté mais leur préhension : pour modifier une difficulté on peut simplement tourner la prise ou déplacer une prise de pied. Plus les mouvements et les préhensions sont variés, plus la voie sera appréciée et sera fréquentée.

 

On peut aussi choisir un thème et proposer dans la voie des mouvements sur ce thème. (Ex. : inversée ou pieds en carre externe ou pied/main ou croisé ou …). Ca donnera à la voie une vertu pédagogique qui va faire travailler la gestuelle et la technique.

 

 

III. La sécurité

 

1. Pendant le démontage et l’ouverture des voies

 

Baliser si l’opération a lieu durant un créneau non spécifique, contrôler les manips de cordes et les assurages de l’ouvreur (et du panier à prises + les clés). L’ouvreur peut être seul ou se faire assurer par quelqu’un qui pourra éventuellement lui donner des conseils du bas et/ou participer aussi à l’ouverture.

 

2. A l’utilisation

 

Le 2ème point doit être clippé sans danger de retour au sol, le relais sommital doit être confort.

 

La dernière prise attrapée (même si c’est dur !) doit être bonne, et on doit pouvoir poser les pieds pour s’équilibrer.

 

La corde ne doit pas être gênée par les prises.

 

Bien vérifier, lorsque l'on ouvre une nouvelle voie sur une ligne avec une (des) voie(s) existante(s) :

 

Que les grosses prises ou modules qu’on installe ne vont pas perturber voire empêcher la réalisation des voies déjà en place.

 

Que la chute possible au passage délicat se fasse sans heurter les grosses prises, les gros modules en-dessous ou une arête, ou le grimpeur de la voie d’à côté.

 

Que les prises ne gênent pas le passage de la corde. 

 

 

IV. Les cotations

 

On doit diminuer la subjectivité en prenant plusieurs (une dizaine, si possible) avis de grimpeurs de taille et de niveaux différents, et assurer l’homogénéité des cotations sur le mur et dans la mesure du possible avec celles d’autres salles.

 

L’ouvreur doit être à l’écoute des remarques (forcément constructives) qui lui seront faites et en tenir compte pour modifier/adapter/ajuster sa voie en fonction par exemple de la cotation planifiée, d’un manque d’homogénéité ou d’un problème lié à la sécurité (liste non exhaustive).

 

Sauf cas particulier, c’est à l’ouvreur de modifier sa voie et non pas à un tiers.

 

 

 

 

 

Patrice, février 2018

Partager sur Facebook
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now